La semaine dernière, il s'est passé deux choses importantes :

  • Le gouvernement a lancé une campagne de sensibilisation concernant le harcèlement à l'école.
  • Mickaël Vendetta a palabré sur ses ambitions politiques.





Cette vidéo m'a fait la semaine. Apprendre que Vendetta fait du "cotchingue" et me délecter de ses fautes de français "si je me serais présenté" et de ses approximations syntaxiques et culturelles aussi consternantes qu'hilarantes "liberté, égalité... solidarité"... En même temps, il serait temps d'oublier complètement ce mec et arrêter de lui faire de la pub (même mauvaise)... aka ce que je suis actuellement en train de faire :-D

Bref, les jours où tu ne te sens pas intellectuellement au top, mater une vidéo de VendetTA-GUEULE permettra de rebooster ton égo (et ton nihilisme).

00000000_krys.jpg

J'ajoute que Vendetta vient d'offrir à la gauche un nombre incalculable de voix en clamant qu'il partirait s'installer à Los Angeles si François Hollande était élu en mai 2012.


Un harcèlement médiatique n'arrivant jamais seul, le concerto en laminaire qui squatte les news de ces dernières semaines fut ponctué par cette annonce qui devrait sacrément effrayer tout parent normalement constitué :
"UN ÉLÈVE SUR DIX EST VICTIME DE HARCÈLEMENT"

Pour ceux qui me pratiquent depuis un bon moment, vous connaissez ma propension à être quasi-systématiquement en profond désaccord avec la politique du gouvernement actuel, particulièrement lorsqu'il s'agit d'éducation...
Et bien là, les p'tits loups, je tiens à dire que je trouve cette campagne pertinente et plutôt bien foutue sur de nombreux points (rassurez-vous, je pinaillerai quand même) (faut pas déconner non plus hein)

"Madaaaaaaaaaame y a Djézonne qui a dit que j'étais rien qu'une pute et il m'a dit "Ta gueule" et il m'a dit que j'étais aussi une salope"
"Madaaaaaaame, y a Mélinda qui a poussé Clara dans l'escalier et même qu'elle lui a fait une béquille"

Pas une journée sans que j'entende les récriminations et doléances des élèves. Si certains confondent mon bureau avec Vichy, d'autres viennent sincèrement confier leurs angoisses tandis que d'autres tentent de taire le plus possible les escarmouches et vindictes qu'ils subissent dans l'enceinte de l'établissement.

La polémique : Ouhhhhhhhhhhhhh en période de campagne électorale, on instaure la sacro-sainte question épineuse de l'insécurité, y compris dans les écoles. On diabolise la cour de récré et on transforme des bagarres enfantines et infantiles en déclencheurs de dépressions et tentatives de suicide...

Et bien oui.

Il n'y a pas de polémique à savamment disséminer pour faire du buzz et de l'audience.
OUI, des enfants souffrent à l'école.
Mais, NON, ils ne vont pas tous se suicider avec leur compas et un sachet de catalgine périmé.

Voici les trois vidéos de la campagne. Je les trouve justes et bien foutues, même si j'aurais kiffé qu'il y ait une vidéo avec des collégiens, histoire que l'identification soit plus complète. Je pense très sincèrement que c'est au collège que les élèves morflent le plus.







Sur le site "agir contre le harcèlement", on trouve également des tests pour les enseignants, les parents d'élèves et les élèves afin qu'ils sachent où ils en sont sur la question du harcèlement à l'école. En sont-ils conscients ? Sont-ils bien informés ? Ont-ils les bons réflexes ?
Bon bah, ces quiz sont juste nazes :-/ très simplistes, enfonçant des portes ouvertes...
J'ai donc remasterisé ces petits tests pour mes choupis de 6ème because on avait vie de classe.

La Vie de Classe pour les nuls néophytes :
Une fois tous les 15 jours, le prof principal retrouve sa classe pour faire des trucs fun comme :

  • vérifier les carnets et gueuler parce que Miguelito s'est chopé 4 mots en trois jours et n'a montré son carnet ni à son P.P vénéré, ni à ses parents.
  • distribuer une paperasse de folie que tu mettras des plombes à récupérer entre ceux qui auront paumé le papelard, ceux qui l'auront collé dans leur cahier de maths sans-faire-exprès-madame et ceux qui estiment qu'il faut au moins 72h pour pouvoir lire 8 lignes à propos du port obligatoire du bonnet à la piscine, dater et signer.
  • écouter les doléances de chacun : "c'est trop dégueu à la cantine, on veut du kebab sauce samouraï" / "Y a Kévyn en 3ème qui arrête pas de me mettre des claques et même qu'il me cogne contre mon casier" / "Y a Laëtitia, ben je lui avais dit un secret et cette sale pute, elle a tout répété à Margot qui du coup l'a dit à Tiphaine et même que maintenant tout le monde sait que j'ai des verrues !" / "Y a Aleksi qui veut pas me laisser jouer au Baby à la récré, il me file des coups l'enfoiré" / "Madaaaaame, est-ce que je passe en 5ème ou je redouble ?! c'est mes parents qui veulent savoir pour savoir s'ils m'offrent la kinect maintenant ou pas".
  • rappeler que effectivement, le collège est pire qu'une prison car il y est interdit de cracher et de se sodomiser dans les douches et qu'effectivement (bis), le fait de refuser participer aux activités en EPS est passible d'un mot dans le carnet et d'un coup de fil aux parents.
  • parler de sujets de société comme les dangers du jeu du foulard ou l'absurdité de la nouvelle carte Sephora Gold.

Digression VITALE sur la nouvelle carte Sephora SéphoRAT Gold, la plus grande aberration après le collège unique :

La semaine dernière, je reçois ma nouvelle carte Gold SephoRAT (GOLD pour les couilles en or que cette entreprise se fait grâce à la faiblesse et à la futilité de gens comme moi qui s'extasient devant un fard Urban Decay ou la beauté de la Minaudière Garden Clutch de Dior).
Alors, concrètement, crise rime avec crevardise dans la mesure où l'on t'annonce sans ambages que si tu veux garder ta carte Gold et profiter de tes avantages de folie dignes des goodies offerts au Plaza Athénée, va falloir que tu raques au minimum 700€ sinon on te recolle dans la catégorie "Black" aka les bas-fonds du luxe.
Quant à ces avantages de folie...

  • un cadeau de 30€ pour ton anniv (30€ quand t'en as dépensé 1500 dans l'année... apparemment, chez Sephora, on a zappé l'U.V sur la proportionnalité...) et ATTENTION, tu ne peux pas prendre un truc à 32€ (genre la poudre Flawless de Benefit qui est merveilleuse) et payer les 2€ de différence... De plus, certaines boutiques, pas très habituées à voir des cartes Gold débarquer, pinaillent quand tu veux prendre plusieurs produits pour atteindre 30€...
  • Un maquillage gratuit par mois... je n'ai pas eu de chance, les trois fois où j'ai tenté l'expérience, je me suis démaquillée cash en ressortant car apparemment, on me confondait avec un travelo ou Régine (ce qui revient au même)
  • Tous les 1000 points (donc 1000€), on t'offre un MAGNIFIQUE cadeau genre un parapluie siglé Sephora :-| ou une pochette en plastique :-| ou d'autres trucs qui finiront au fond de ton armoire ou en cadeau-à-l'arrache-pour-ta-nièce-de-11-ans-parce-que-t'as-oublié-son-anniv-en-même-temps-quelle-idée-de-naître-un-1er-janvier.
  • Le choix des échantillons lors du passage en caisse ou sur le site Sephora... Sauf que lorsque tu demandes telle crème... bah 9 fois sur 10, ils ne l'ont pas... et lorsque tu choisis trois échantillons pour ta commande internet (avec frais de port gratuits, enfin un VRAI avantage choupi) genre un nouveau truc "By Terry", une crème "Dior" et un shampooing Fekkai... tu reçois trois échantillons de parfum que tu as déjà en 12 000 exemplaires et dont t'as rien à secouer parce que ce que tu souhaitais n'est bien évidemment plus en stock. Bien évidemment.

Bref, gros foutage de gueule de la part de SephoRAT qui ferait bien de retravailler ses stratégies marketing...

Mais revenons-en à ma vie de classe avec les loupiots.
Je leur distribue le test sans trop leur expliquer le thème principal afin qu'ils le déduisent eux-même grâce au principe d'inférence (je suis une pédagogue de folie)

Princesse Soso : "Bon... vous lisez silencieusement les questions et vous cochez une seule réponse par question. La réponse qui vous correspond le plus. Quand vous avez fini, vous avez en bas de la page, un petit tableau simplissime pour calculer votre score. Il n'y a pas de bon ou de mauvais score. Il y a juste VOS réponses et votre manière d'appréhender le thème dont nous allons parler ensuite. Tout le monde a compris ?"
Les loupiots : "OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!"
Princesse Soso : "Ok, c'est parti, on fait le point dans 7/8 minutes !"
Trente secondes plus tard...
Félix : "Madaaaaaaaaaaaaame, on peut mettre plusieurs réponses ?"
Princesse Soso : "STOOOOOOOOOOOP ! Tout le monde pose son stylo et écoute histoire que je ne répète pas 46 fois la même chose. UNE SEULE réponse par question. Vous pouvez cocher, entourer, souligner... peu me chaut. OUI, vous pouvez cocher, entourer, souligner en rouge, violet, orange parfum pêche ou avec un fluo, peu me chaut également. Vous pouvez commencer par la question que vous voulez, peu me chaut, tant que vous les faites toutes. C'est un travail PERSONNEL donc on ne demande pas à son voisin ce qu'il a mis à la question 4."
Enzo : "ça, ça vous chaudra si on copie ?"
Princesse Soso : :-|

Après avoir engueulé et décapité les SEPT élèves qui m'ont demandé, en vrac : si c'était noté, si on pouvait écrire en rose, si on pouvait surligner avec un stabilo, si ça durait toute l'heure et si on pouvait commencer par la question qu'on voulait, nous avons fait une petite mise en commun, checké les scores et abordé le sujet "mais-de-quoi-qu'on-cause-exactement" ?

Les loupiots ont bien compris où je voulais en venir...
Laury : "On n'a pas le droit de dire GROS LARD à Steeven même s'il est gros. C'est méchant et c'est bien connu que y a que la vérité qui blesse."
Mélissa : "C'est nul de donner des claques pour rire. Moi quand mon père il m'en donne, je ne rigole pas du tout surtout quand il s'enferme dans le placard, tout nu, avec moi ensuite".
Estéban : "On n'a pas le droit de mettre des insultes sur Facebook. Même que Logan, il a dit sur Facebook que ma mère c'était trop une truie qui suce, je peux aller porter en plainte et Logan ira en prison et on sera tous bien vengés."
Vanessa : "Quand Tiphaine raconte que Coraline, elle couche avec des grands de troisième, c'est des rumeurs et c'est interdit car ça peut lui faire du mal à l'intérieur."

Ils ont kiffé les vidéos, tout le monde a dit que c'était trop dégueulasse de faire du mal et que si le monde entier était gentil et honnête, on n'aurait plus besoin d'armée, de juges ou de police...
Certains élèves ont quand même dit que c'était chaud de balancer parfois car du coup, ils devenaient de sales petits rapporteurs et même qu'après, il y avait des représailles des gougnafiers.
On a tous dit STOP au bullying (car nos amis outre-manche sont hyper forts en campagne contre le harcèlement et même que là-bas, ça ne rigole pas) et on est allé en récréation pour propager la bonne parole.

J'étais en train de checker le site de La Fée Maraboutée lorsqu'on m'a avertie que Charlyne était en train de pleurer sa race.
Je retrouve une Charlyne toute mouillée de pluie et de larmes qui m'explique entre deux sanglots que Jordan et Vanessa l'ont forcée à laper une flaque d'eau dans la cour.
:-|
Ces mêmes Vanessa et Jordan qui s'étaient émus des vidéos sur le harcèlement, expliquant combien c'est nul d'embêter les copains, surtout quand le-dit copain pleure ou saigne.
:-|

Je leur ai demandé s'ils se foutraient pas un peu de ma gueule, par hasard.
Ils m'ont dit que non.
Je leur ai dit que je ne les croyais pas.
Vanessa m'a dit "oh mais c'était pour rire".
J'ai pris leurs carnets POUR RIRE.
Ils ne rigolaient plus du tout.
Jordan m'a dit que "c'est pas grave madame, on lui a pas fait mal"
J'ai alors commencé à pousser du doigt Jordan en lui disant "eh Jordan, ça va ?"-"eh Jordan, ça va ?"-"eh Jordan, ça va ?"-"eh Jordan, ça va ?"-"eh Jordan, ça va ?" tout en le poussant de plus en plus vite vers le mur.
Surpris et inquiet, Jordan a fondu en larmes.
"Mais enfin Jordan, c'est pas grave, je ne t'ai pas fait mal :-) "
Jordan m'a demandé si je me foutrais pas un peu de sa gueule, par hasard.
Je lui ai dit que oui.

ANECDOTE-BONUS :

Lorsque j'étais en CE1, j'avais un an d'avance, des boucles blondes et j'étais grave choupi-bisounours car j'avais une trousse jaune avec un petit lapin Miffy qui faisait de la moto et même que je kiffais carrément faire des dictées. La maîtresse me regardait avec des yeux en forme de coeur surtout lorsque j'expliquais pourquoi "Le Dernier Métro" de Truffaut était mon film préféré.
Lorsque j'étais en CE1, il y avait Virginie S.
Virginie S. avait deux ans de retard (OUI, deux ans de retard en CE1, nous avons affaire à une championne) donc nous avions trois ans d'écart (puisque j'avais un an d'avance) (tout le monde suit ?)
Virginie S. avait donc 9 ans quand j'en avais juste 6.
Virginie S. aimait bien me tirer les cheveux et me donner des claques dans les toilettes et même qu'elle me forçait à me mettre à 4 pattes et à aboyer. Et même qu'elle aimait bien claquer sa règle en plastique de trente centimètres contre ma joue.
Virginie S. me disait que j'étais petite, que j'étais un bébé et qu'elle avait le droit de me taper quand elle le voulait.
Virginie S. faisait un bon mètre quarante-cinq... je me sentais tel un microbe avec mon mètre vingt...
J'en ai parlé à la maîtresse qui a disputé Virginie S. qui n'a pas arrêté pour autant. J'en ai parlé à ma maman qui est allée choper Virginie S. à la sortie de l'école pour lui dire, en substance, que si jamais elle s'avisait de torturer la chair de sa chair encore une fois,elle n'hésiterait pas à lui défoncer sa sale petite gueule.

Ma maman > la maîtresse