Ah ouais, c'est vrai.

J'ai une rubrique "Princesse Soso is a Kitchen Goddess"...

Dans la famille "bonjour je veux du light qui ne me déprime pas", j'appelle la coquille Saint-Jacques qui est quand même une sacrée copine.

Bon... les recettes, c'est choupi mais ça manque un peu d'humour et de cul donc je vais quand même distiller un peu de gaudriole dans cette épopée CULinaire.

000000blague1.jpg



Variations autour de la Saint-Jacques crue...

000000stjacques1.jpg

Concrètement, il te faut de la Saint-Jacques de bonne taille et fraîche (un peu comme une bite finalement), tu la coupes en petits morceaux (c'est facile de faire rapidement de la charpie qui ressemble grave à du vomi périmé donc on y va mollo avec le couteau) et tu la mêles délicatement à une chouette préparation à base de citron vert (jus et pulpe), d'aneth, de ciboulette, de coriandre + quelques graines de sésame au wasabi et de 7 épices japonais aka du Shichimi Tougarashi, un peu de sel, de poivre et BAM, c'est prêt.



000000carpaccio.jpg

On taille les Saint-Jacques en fines lamelles et on arrose d'une petite marinade à base de sauce soja salée, de graines de sésame au soja, de 7 épices japonais, d'un petit peu de miso, d'herbes à Tzatziki (mélange de plein d'herbes trop de la balle) et de plein de ciboulette et d'aneth. J'ai même rajouté du Furiyake qui donne un petit côté crunchy-funky qui déboîte sa race.


000000blague2.jpg